Bienvenue

Une très cordiale bienvenue sur notre site. Depuis plus de 20 ans, 'Vivre Autrement' a offert à des milliers de participants des pistes et des outils de développement personnel et spirituel qui permettent à chacun de poursuivre sa recherche de vie, trouver ou renforcer son ancrage intérieur, se recentrer. Chacun-e peut découvrir un “mieux vivre” pour soi-même, à plus de 2000 mètres, au chalet Le silence qui chante dans un hameau alpestre niché paisiblement au flanc d’une montagne, dans un cadre alpin serein et majestueux, et lors de stages de week-end à Lausanne.

Depuis 1992, les ateliers ‘Vivre Autrement’ offrent un espace de développement personnel, d’épanouissement et de liberté dans un respect complet du cheminement individuel de ses participant-e-s.

Comment la méditation évita une amputation

Écrit par Pierre le . Publié dans Positif

phakyab medAbbé du monastère d’Ashi au Tibet Oriental, Phakyab Rinpoché est emprisonné par les Chinois en l’an 2000. Il subit de mauvais traitements dont la torture : son pied droit se gangrène. Il réussit pourtant à s’évader et se réfugie à New York en 2003. Devant la gravité de son état, les médecins américains préconisent une amputation immédiate. Toutefois, le Dalaï –lama l’engage à chercher en lui-même la guérison et par suite à enseigner au monde SA méthode de guérison. Ayant soigné sa gangrène exclusivement par la méditation et les mantras, Phakyab Rinpoché participe aujourd’hui à des protocoles de recherche internationaux sur les bienfaits thérapeutiques de la méditation. Son site est là.

(Source : tiré du site d’Olivier Clerc sur les journées du pardon :   journeesdupardon.fr/blogue/grande-nouvelle qui fait un travail exceptionnel et d’une immense importance sur le pardon. Olivier Clerc est également le créateur des cercles de pardon qui se répandent rapidement dans les pays francophones et que j’estime être une des plus importantes activités de développement personnel dans le monde. Un des prochains POSITIFS leur sera dédié). 

Oser l'intimité avec vos peurs

Écrit par l’Institut de Désapprentissage le . Publié dans Désapprentissage

Et si c’était à travers l’intimité que nous apprenions à lâcher prise ?

Quand vous réalisez que vous ressentez de la peur, la réaction instinctive de votre esprit est de vouloir la fuir en la niant ou en la repoussant.

Des dénis du type « Je n’ai pas peur » ou « Il n’y a pas de peur » suspend votre conscience dans l’illusion que la peur s’en est allée.

C’est comme lorsque notre petit de trois ans fermait ses yeux dans sa chaise haute s’il voulait que nous partions. Cela marchait pour lui … jusqu’à ce qu’il ouvrit les yeux.

De simplement réprimer votre peur en la niant ou en la repoussant l’enterre dans votre subconscient où elle influence toujours vos actes. Hors de votre vue ne signifie pas qu’elle est hors de votre esprit.

Essayez ne vous rapprocher de votre peur, d’être avec elle comme si elle était un ami qui avait peur. Voyez si vous pouvez vous relaxer avec la peur. Elle est un messager.

Rapprochez-vous tellement d’elle que vous pouvez sentir et entendre sa supplication. Elle révélera une croyance que vous avez besoin de relâcher pour faire l’expérience de votre liberté.

Vous êtes infiniment plus grand que toute peur, aussi pouvez-vous laisser l’intimité dirigée par la Grâce vous vous guider à travers ce processus naturel.

Essayez et voyez qui est le plus grand.

La Grâce ou la peur.

L'athéisme comme nouvelle religion?

Écrit par Pierre le . Publié dans Blog

Je reviens sur le bref entrefilet que j’ai posté dans la rubrique POSITIF du 26 mars, car cela me semble un phénomène de société que le christianisme entre autres devrait prendre beaucoup plus au sérieux. Depuis 2013, une nouvelle pratique se répand avec une vitesse étonnante dans les pays anglo-saxons : la Sunday Assembly (assemblée du dimanche). Lancée par deux comédiens, Pippa Jones et Sanderson Evans, elle est présente dans de nombreuses villes anglo-saxonnes et fut lancée dans une trentaine d’autres villes non anglophones, dont Paris, en septembre 2014. Les assemblées sont très vivantes, incluent de la musique, des chants, des moments de silence, des partages et sont basées sur des valeurs : l’émerveillement, l’entraide, le développement personnel et surtout le partage en groupe. Sa vitalité est basée sur la dimension grégaire que nous avons tous, à savoir le besoin de nous assembler, de partager. « Se rassembler, c’est une pulsion naturelle. On a longtemps cru que les personnes sans religion pouvaient s’en passer. Mais c’est tellement agréable. Les gens viennent vers nous en nous disant : ça nous manquait… La Sunday Assembly remet le lien social à la base du fait religieux » explique Pippa Jones. On pourrait dire que ces assemblées gardent les dimensions positives d’une certaine pratique religieuse, tout en se débarrassant des dimensions négatives comme le dogmatisme, la routine, souvent un certain sectarisme, etc.
(Source : Le Temps du 25 janvier et Psychologies Magazine de septembre 2014)

Le rire est la meilleure médecine (proverbe anglais)

Écrit par Pierre le . Publié dans Positif

La première conférence mondiale sur le thème : Médecine et Clowns en milieu hospitalier (Medecine and Medical Clowing) s’est tenue à Jérusalem l’été passé. Elle attira tant des clowns professionnels que des médecins de 25 pays différents.

En effet, les clowns en milieu hospitalier ne sont certainement pas une affaire dont il faut rire (ou pas seulement !) Leur impact très positif a été prouvé scientifiquement, puisqu’on estime que la durée d’hospitalisation dans les services de pédiatrie où des clowns sont présents diminue de près d’un quart. A une époque où les couts de la médecine prennent un ascenseur très accéléré qui s’arrête rarement avant le dernier étage, ce n’est pas une dimension inintéressante.

Grâce en grande partie à un philanthrope suisse, Philippe Nordmann, Israël – qui dispose d’une petite armée de 90 clowns médicaux – joue un rôle pionnier dans ce domaine à l’échelle mondiale. Ainsi les clowns peuvent suivre une formation médicale très sérieuse leur donnant en bachelor et ce sera bientôt un masters offrant une formation encore plus poussée qui leur sera offert. Avec Yaacov Shriqui qui dirigeait le comité d’organisation de cette première conférence mondiale, Philippe Nordmann créa en 2002 l’organisation Dream Doctors (Les médecins du rêve) pour encourager la présence de clowns dans les hôpitaux.

Des études extrêmement sérieuses ont montré l’impact des clowns hospitaliers dans la réduction de la peur et de l’anxiété tant chez les adultes que les enfants, un accroissement du taux de succès dans la fertilisation in vitro, une pression sanguine qui diminue chez les patients soumis à des opérations du cataract, une facilitation de l’examen d’enfants abusés sexuellement, une amélioration des soins chez les aînés souffrant de la démence, pour ne mentionner que quelques domaines.

Des médecins qui avant regardaient cette innovation avec le plus grand scepticisme se battent maintenant pour avoir un clown dans leur service.

(Source : Jerusalem Post et www.dreamdoctors.org.il/eng)

II ) Comment maintenir ma paix? (suite et fin)

Écrit par l’Institut de Désapprentissage le . Publié dans Désapprentissage

Dans la première partie, nous vous avons invités à abandonner votre addiction à toujours chercher quelque chose et voir ce qui se passerait. Notre conditionnement nous rend presqu’impossible de ne pas chercher. Est-ce que vous avez essayé de faire ceci ? Pouviez-vous cesser de chercher même pour cinq minutes ? Qu’avez-vous ressenti ? (Si vous n’avez pas essayé avant, vous pourriez le faire maintenant.)

Quand vous vous voyez comme un chercheur, votre ego vous fait croire que vous cherchez quelque chose qui vous fait défaut - et que par conséquent il existe en vous un manque inné. Mais c’est justement  votre croyance en une image de soi déficiente qui vous maintient enfermé dans un cycle de manque, d’atrophie et de paix instable.

Voici une autre façon de voir la question. Quand vous ne ressentez pas la présence de la Grâce vous avez une aspiration profonde à l’avoir. Cette aspiration n’est pas l’ego. C’est en fait votre nature divine qui vibre en vous. Elle vous rappelle vers votre Soi, vers l’Unité de l’Etre. C’est votre nature authentique qui aspire à s’exprimer. Elle est là ! C’est vraiment vous !

Quand vous ne vous percevez plus comme un chercheur séparé en état de manque mais que vous réalisez que votre aspiration profonde vient du Royaume des cieux en vous, vous pourriez sentir que vous vous ouvrez à la Grâce. Essayez. Faites une promenade tranquille dans cet espace, ouvrez votre cœur et voyez ce qui se produit.

La planète et ses premiers habitants soupirent

Écrit par Pierre le . Publié dans Blog

blog1nov14Trois rapports importants parus cette années nous alertent sur ce que j’appelais la «contreproductivité structurelle» dans mon dernier blog, soit des dysfonctionnements d’un système qui l’empêchent de fonctionner proprement et sont destructeurs du système même que l’on veut préserver.

Le premier est le fameux rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), sorti en avril passé, sur les possibles scénarios sur l’évolution probable du climat dans les années à venir. 235 scientifiques de 57 pays ont analysé plus de 1200 projections différentes.  Un coup de frein rapide est indispensable si on veut éviter la possibilité croissante de cataclysmes climatiques douloureux pour tous. Plus les gouvernements tardent, plus la facture sera lourde.

Le deuxième, beaucoup moins médiatisé mais non moins important, concerne la fonte des glaciers dans l’Antarctique rédigé par le NASA Jet Propulsion Laboratory des USA, un organisme scientifique de haut niveau dépendant de la NASA. La conférence conclut que la fonte des glaces dans l’Antarctique est instoppable dans la mer d’Amundsen – ce qui signifierait une hausse planétaire du niveau de la mer d’un mètre ! La seule incertitude reste la durée de cette fonte – et pour cause. Elle dépend de comment vous et moi décidons de vivre : vais-je acheter cette 4-x 4 dont je n’ai vraiment aucun réel besoin, passer mes vacances pour la 3è année consécutives aux Maldives ou en Australie, etc.

Comment une statue du Boudha amena la paix dans un quartier dangereux

Écrit par Pierre le . Publié dans Positif

Dan Stevenson n’est ni un bouddhiste  ni adhérent d’une religion quelconque. Simplement, le résidant de 11th Avenue dans la quartier d’Eastlake nourrissait un certain espoir en 2009 quand il est rentré dans une boutique pour acheter un Bouddha en pierre  de 70cm. de haut qu’il installa sur l’ilot au milieu de la chaussée à l’intersection de 11th Avenue et 19th Street. Il espérait que peut-être son geste amènerait éventuellement la tranquillité dans ce voisinage gâché par le crime. 

Ce qui se produisit ensuite était rien moins que stupéfiant. Les habitants du voisinage commencèrent à laisser des offrandes aux pieds du Bouddha : des fleurs, de la nourriture, des bougies. Un  groupe de vietnamiennes en robes de prière commencèrent à se réunir au pied de la statue pour prier. Et le voisinage commença à changer. Les gens arrêtèrent de jeter leurs ordures n’importe où. Ils cessèrent de vandaliser les murs avec des graffitis.

Et les dealers de drogue cessèrent d’utiliser le voisinage pour pousser leur commerce. Les prostituées s’en allèrent. Depuis 2012, quand les fidèles commencèrent à faire leurs prières quotidiennes, le taux de criminalité chuta de 82 %. Le nombre de vols à main armée chuta de 14 à 3. Les attaques dans la rue passèrent de 5 à 0 et les cambriolages de 8 à 4, les crimes pour drogues de 3 à 0 et les délits liés à la prostitution dans les mêmes proportions. Encore aujourd’hui, chaque jour les fidèles jouent un carillon, sonnent une cloche et jouent une musique douce en entonnant leurs prières matinales. La statue originale est maintenant intégrée dans une construction sophistiquée qui inclut une structure en bois de plus de trois mètres de haut contenant  des statues religieuses, des portraits, des offrandes de nourriture et de fruits, le tout dans une atmosphère imprégnée d’encens. Les week-end on peut remarquer plus d’une douzaine de fidèles, des noirs, des blancs, de toutes sortes, dit Andy Blackwood, un résident du quartier.

(Source : San Francisco Chronicle, le principal journal de cette ville du 23 septembre 2014) 

 

I ) Comment maintenir ma paix?

Écrit par l’Institut de Désapprentissage le . Publié dans Désapprentissage

Êtes-vous dans une poursuite incessante pour ajouter des choses et des idées à ce que vous avez déjà afin de vous sentir entier et complet ? La plupart d’entre nous le sont.

Une autre approche serait de simplement lâcher cette recherche incessante et faire l’expérience du Soi qui est déjà en paix. Et comment trouvez-vous le Soi ? Par un lâcher prise. Arrêtez simplement. Observez ce qui se passe dans votre conscience quand  vous ne désirez plus quelque chose.

La pensée suivante pourrait survenir :

« Si je n’essaie pas de trouver quelque chose de mieux alors je resterai éternellement avec cette sensation de vide en moi ». Est-ce vraiment vrai ? Comment pouvez-vous même le savoir si tout ce que vous faites c’est de vous essouffler dans vos efforts pour trouver le prochain emplâtre ou cure-tout ?

Alors arrêtez. Inspirez profondément et donnez à la Grâce la chance d’émerger et voyez ce qui se passe.
(Suite et fin dans la prochain POSITIF).

 

Tant va la cruche à l'eau...

Écrit par Pierre le . Publié dans Blog

Je donne depuis de nombreuses années un cours de formation dans une grande entreprise helvétique dont le personnel, comme dans de plus en plus d’entreprises, est de plus en plus … pressé dans les deux sens du mot : talonné par le temps et pressé comme des citrons pour en extraire la substantifique moelle, entendez le rendement maximum dans un minimum de temps. Ainsi hier seulement j’y donnais un cours et une participante lève timidement la main : c’était deux heures avant la fin du cours, à la mi après-midi. Elle avait travaillé toute la nuit et était rentrée tôt le matin pour repartir une heure et demi plus tard pour le cours.  Elle devait reprendre le travail le soir même en début de soirée, peu de temps après la fin du cours ! Et cela après un accident qui l’obligeait à marcher avec une béquille.

Elle avait demandé un jour de congé à son chef de service (à ses propres frais bien sûr) qui lui fut vertement refusé sous prétexte que le cours n’était pas obligatoire, même s’il était payé par l’entreprise. Il va de soi que j’ai accédé à sa demande.

En 15 ans, comme beaucoup de lectrices ou lecteurs de ce blog, j’ai noté une détérioration dramatique des conditions de travail liée à une déshumanisation préoccupante de ce dernier – tendance qui caractérise nombre d’entreprises tant privées que publiques. J’ai déjà eu à faire remarquer dans ces lignes que le système gagnant-perdant actuel – le vieux paradigme de société – est de plus en plus acculé dans ses derniers retranchements et certains ne voient le salut que dans la course en avant. Mais on ne peut que serrer la vis jusqu’à un certain degré. Passé ce point, la «contreproductivité structurelle» c’est-à-dire, pour parler le langage du système, les pertes de rendement dus aux efforts excessifs pour augmenter ce dernier, deviendront si immenses qu’ils susciteront soit l’effondrement (sectoriel ou total) du système, soit les solutions nécessaires pour aboutir au nouveau paradigme gagnant-gagnant qui est inévitable si l’humanité veut survivre.  

Ce n’est même plus un choix, c’est la seule solution tant réaliste qu’humaine.

 

L'Amour au cœur de la Création: conférence à Genève 17-18-19 octobre

Écrit par Pierre le . Publié dans Blog

conference17oct14

Salle de Plainpalais, Rue de Carouge 52, Genève

Conférences autour du thème : L'Amour au cœur de la Création
entre des personnalités du monde scientifique, philosophique, artistique, économique et social et le sage Indien Śrī Tathāta.

Le mystère de la Vie interroge l’homme et demeure de tout temps au centre des réflexions philosophiques et des recherches scientifiques.

Le principe d’Amour, incarné par des femmes et des hommes exceptionnels ayant marqué l’humanité à travers les âges, questionne actuellement un nombre croissant de scientifiques. Plusieurs d’entre eux soutiennent l’hypothèse de la place prépondérante de l’Amour au sein de tout système vivant. L’évènement proposé invite à cette réflexion.

Des personnalités du monde occidental, dans le cadre de conférences et tables rondes, partageront leurs expériences, leurs pensées et leurs idées, en présence du sage Indien Srī Tathāta, qui offrira son savoir universel à toutes les personnes présentes.

L’échange avec Śrī Tathāta, un Être libre de tout conditionnement, ayant accès à la connaissance intérieure, peut apporter une aide inestimable à chacun. Sa Présence est un cadeau unique.

Cette rencontre entre la science et la philosophie occidentale d’une part et la sagesse orientale d’autre part annonce des échanges exceptionnels.

Informations :Tél : 076 214 06 59 (CH) ou 06 75 65 41 64 (F)
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site web : http://amour-coeur-creation.org

 

Une invention qui pourrait offrir l’eau potable à des centaines de millions

Écrit par Pierre le . Publié dans Positif

Environ un milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau propre sur notre planète – la ressource la plus élémentaire pour notre survie. Dean Kamen est la personne la plus proche d’un Edison moderne. Il détient des centaines de brevets qui ont amélioré la vie d’innombrables personnes. Son «slingshot» (intraduisible) qui lui a demandé plus de 10 ans pour mettre au point pourrait avoir plus d’impact que toutes ses autres inventions combinées.

Près de la moitié de la population du Sud souffre d’agents pathogènes véhiculés par l’eau. Utilisant un processus appelé «distillation de la vapeur compressée», un seul appareil peut purifier 250'000 litres par an – de quoi couvrir les besoins en eau potable de 300 personnes. Et l’appareil peut utiliser n’importe quelle eau – même l’eau des égouts ou l’eau de mer, voire une eau chimiquement contaminée. Pour distribuer son système, Kamen compte s’allier avec Coca-Cola, qui dispose d’un des systèmes de distribution les plus sophistiqués au monde.
(Source : peersweboflove.org)

 

Islam et miséricorde

Écrit par Pierre le . Publié dans Blog

bookLes médias regorgent depuis quelque temps des atrocités absolument inqualifiables perpétrés par les combattants djihadistes de L’Etat Islamique du Levant qui vise à rétablir le califat. Cela ne fait que renforcer la vision simpliste d’un Islam si souvent sanguinaire véhiculé par le subconscient collectif occidental. Un livre paru aux USA et qui ne sera sans doute pas traduit en français, « The True American » par Anand Giridharadas, rappelle qu’il existe un autre Islam, où la miséricorde est suprême, comme je peux en témoigner après 11 années passées dans des pays musulmans.

Le livre narre le récit de Raisuddin Bhuiyan, un immigrant du Bangladesh, sur lequel un certain Mark Stroman tire à bout portant dans le mini-marché ou Bhuiyan travaille comme caissier, juste après la chute des tours jumelles de New York en septembre 2001, par haine des musulmans. Bhuiyan survit et Stroman, qui a tiré sur d’autres personnes, en tuant une, est condamné à mort. 

"L'homme qui plantait des arbres..." en Assam

Écrit par Pierre le . Publié dans Positif

Nombre de lecteurs de ce Positif connaissent certainement le beau conte de Jean Giono, « L’homme qui plantait des arbres » qui raconte le récit de ce berger qui pendant des dizaines d’années planta  des glands qui devinrent une véritable forêt.

Or, cette histoire s’est vraiment passée, mais en Inde où il y a plus de 30 ans un jeune adolescent du nom de Jadev « Molai » Payeng commença à planter des graines le long d’un  promontoire sablonneux. C’était 1979 et des inondations avaient amené un grand nombre de serpents sur le promontoire qui étaient tous décédés. Payeng - qui à l’époque avait seulement 16 ans – pleura sur ces serpents qui étaient morts parce que trop exposés au soleil. Il alerta le Département des forêts de la région qui déclara péremptoirement que rien n’y pousserait. Nonobstant cet avis si négatif, Payeng suivit son cœur et aujourd’hui ce promontoire  est couvert d’une forêt de 1'360 acres (550 hectares) qui est la demeure d’innombrables formes de vie - des daims, des singes, des rhinocéros, des éléphants et même des tigres, sans parler d’innombrables oiseaux. Cette grande forêt fut entièrement plantée par Payeng qui a maintenant 47 ans et vit dans sa forêt, à laquelle il a décidé de consacrer toute sa vie. Acceptant  une vie solitaire, il commença à vivre dans la forêt dès son jeune âge. Il a  maintenant une femme et trois enfants et vit modestement de la vente de lait de vache et de buffle. Il s’agit peut-être de la plus grande forêt située dans le cours d’un fleuve. A un moment, les habitants voulaient abattre les arbres mais Payeng les mit au défi de le tuer lui d’abord. (Source : peersweboflove.org)

 

Suisse et matières premières

Écrit par Pierre le . Publié dans Blog

ladbLa spiritualité et le développement personnel, c’est bien beau, mais si cela conduit à se désintéresser des affaires du monde, il y a comme un petit nœud, comme on dit familièrement.

Dans la presque totalité de ce que nous utilisons, il entre des matières premières. Certaines d’entre elles comme divers métaux entrant dans la fabrication des téléphones et ordinateurs portables sont exploités dans des conditions terribles, notamment en Afrique centrale. Et nous utilisons tous des portables et des ordinateurs. Or la Suisse est la principale place mondiale du négoce, elle a donc une grosse responsabilité morale pour ce qui se passe dans ce domaine … dont elle semble se contreficher (excusez le terme) royalement. Les ONG et les médias dénoncent régulièrement des cas de firmes suisses impliquées dans ce trafic. Des pays comme le Nigéria, l’Angola, le Cameroun, le Kenya et bien d’autres encore ont des élites qui depuis des dizaines d’années aspirent à elles toutes les richesses alors que les populations restent d’une pauvreté désespérante.

Un sofa bien rembourré

Écrit par Pierre le . Publié dans Positif

Reese Welkhoven, Cally Guasti et Lara Russo partageaient le même appartement comme étudiants à New Paltz (N.Y. USA). Ils achetèrent à l’Armée du Salut un vieux sofa pour $20. A force de s’asseoir dessus, ils remarquèrent des creux et des bosses dans le sofa qui piquèrent leur curiosité. Ils soulevèrent un morceau de tissu et découvrirent une enveloppe bourrée de dollars ! Ils continuèrent leur investigation et découvrirent enveloppe après enveloppe de cette manne imprévue. Déjà chacun échafaudait des plans pour l’utilisation de cette manne providentielle quand ils découvrirent une enveloppe avec un nom et un numéro de téléphone. Ils téléphonèrent à la famille qui avait donné le canapé à l’Armée du Salut et découvrirent qu’il s’agissait d’une veuve dont le mari avait, à son insu, bourré le sofa de … $40'000 au cas où il s’en irait avant elle. La femme enchantée récupéra son magot en disant, « C’est mon mari décédé qui s’occupe de moi et ceci devait se produire. »

Les jeunes étudiants reçurent un bonus de $1000.

Que se passe-t-il sur la planète?

Écrit par Pierre le . Publié dans Blog

Depuis 22 ans que je donne des stages de développement personnel, une chose parmi d’autres me frappe de plus en plus: c’est à quel point le temps que les participants des stages mettent pour se sentir vraiment à l’aise les un-e-s avec les autres diminue. Cela est encore plus visible dans les stages que je donne au « Silence qui chante » à 2100m. dans le Valais en été. Cet été, dans deux stages de suite, en 24 heures, nous avons développé des liens exceptionnels d’amour inconditionnel et d’acceptation mutuelle sans aucun jugement.

Cela participe à l’accélération de l’élévation du niveau de conscience à l’échelle de la planète, dû en grande partie à cet outil fabuleux qu’est internet. C’est réconfortant, vu les échéances immenses qui confrontent notre race, notamment au niveau écologique, économique et bancaire et dont j’ai déjà parlé dans cette rubrique. Nous sommes tous reliés, à l’échelle planétaire, au-delà de tout ce que nous pouvons imaginer. Il n’y a plus de paradis privés. Nous sommes embarqués, pour le meilleur et le pire,  dans cette immense aventure qui s’appelle la destinée humaine. 

Ouvrages de Pierre Pradervand

Pierre est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages parus en 13 langues. Découvrez les sur cette page.

Témoignages

Des participants à nos ateliers nous ont offert quelques témoignages touchants, à découvrir sur cette page

Contact

Vivre Autrement de Pierre Pradervand
Tél. +41 (0)22 784 15 71
ou +41 (0)79 360 30 61
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.